Synopsis

Au travers d'un vécu et d'une histoire familiale personnels, ce blog relate les nombreuses difficultés pratiques et barrières juridiques dressées par l'État polonais afin d'empêcher, contrairement à ses engagements internationaux, toute restitution ou indemnisation des biens immobiliers ayant appartenu aux familles de victimes des persécutions nazies (ghetto et génocide), et dont la spoliation instituée par le régime communiste n'en finit pas (la photo ci-dessus, prise en juin 2014, représente l'immeuble familial spolié, situé au centre de Lódz, à l'angle des rues Prezydenta Gabriela Narutowicza 14 et Wschodnia 69).

jeudi 9 novembre 1989

La chute du communisme

À l'aube des années quatre-vingts, sans qu'on sache précisément si c'est l'arrivée de Karol Wojtyla au Vatican ou l'agitation sociale des chantiers de Gdansk provoquée par le syndicat Solidarnosc ou encore  je ne sais quelle perestroïka initiée par un certain Mikhaïl Gorbatchev, - peut-être un peu des trois à la fois -, quoi qu'il en soit la brèche que les allemands taillèrent dans le mur de Berlin allait sonné  inexorablement le glas du communisme.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à laisser un commentaire, de préférence non anonyme. Merci d'avance de votre compréhension !